Didgeridoo sur fond beige

Attention aux didgeridoos pas chers !

Dans Débutants : commencez-ici par Gauthier Aubé11 Comments

La tentation d’un didgeridoo en bois pas cher peut être tentante. Mais il n’y a pas que des bonnes branches dans le monde du didgeridoo… !

Pour tout vous dire, la majorité des didgeridoos que l’on trouve dans les magasins de musiques sont de moindres qualités. Alors, pour vous éviter de dépenser votre argent inutilement, je vous propose quatre types d’instruments à ne pas acheter. Ils sont tous simplement l’opposé d’un bon didgeridoo pour débuter !

Les didgeridoos en eucalyptus et en teck creusés par la vis

Ce sont les stars des magasins de musique. Vous les trouverez souvent posés dans un coin avec les bâtons de pluie… Oui les bâtons de pluie… (Il y a encore du chemin pour que le didgeridoo trouve ses lettres de noblesse !).

Malheureusement, ce sont eux les représentants officiels de notre bon vieux bout de bois chez tous les revendeurs.
Vous les rencontrez partout à travers le monde (j’en ai même vu en Inde et… en Australie, pays du didgeridoo !).

Bien qu’ils soient en eucalyptus, ne vous y trompez pas, ceux-là viennent d’Indonésie et non d’Australie (grosse différence !). Ils sont creusés par une vis et non pas par les termites. Ces « instruments » n’ont rien pour eux : ils sont mal creusés, leur colonne d’air est encombrée d’échardes et leur son est étouffé. Mais si il n’y avait que ça : ils sont pauvres en harmonique, leur basse est faible et la jouabilité très mauvaise…

Bref, pour moins cher, vous trouverez beaucoup mieux.

Attention aussi à certains vendeurs peu scrupuleux qui vous soutiendront mordicus qu’ils sont creusés par les termites. Voici quelques pistes pour vous permettre de les reconnaître.

Comment reconnaitre un didgeridoo en teck ?

Il est simple à déceler. Si vous avez devant vous un instrument en bois peint, brut ou sculpté pour une somme comprise entre 30 et 80€ alors vous êtes assuré d’avoir un teck entre les mains.
Sa forme est droite ou très légèrement courbée afin de permettre à la vis de passer. Vous le trouverez souvent partiellement recouvert d’une (mauvaise) imitation du dot painting (technique de peinture aborigène utilisant des points).

Un teck ressemble à ça :

didgeridoo en teck peintdidgeridoo en teck peintdidgeridoo en teck brut
Comment reconnaitre un eucalyptus indonésien ?

Ce type d’eucalyptus est la plupart du temps en bois brut et plus rarement sculpté. Sa couleur est beige clair avec bien souvent la cloche plus sombre (ou l’inverse). Sa forme est identique au teck. Son poids est aussi à prendre en compte, il est léger (au contraire du didgeridoo termité qui sera plus dense donc plus lourd).

Si vous avez déjà tous ces critères, il y a peu de doute mais vous pouvez toujours vérifier le passage de la vis en observant l’intérieur du didgeridoo. Regardez par la cloche et placez l’autre extrémité du didgeridoo vers une source de lumière, vous devriez voir un, ou tous, les critères suivants :

  • des échardes laissées par le passage de la vis (un didgeridoo en eucalyptus creusé par les termites n’a pas d’échardes).
  • la forme générale de la colonne d’air est un pur cylindre (comme la forme de la vis, identique pour le teck).
  • la cloche est recreusée à la gouge pour élargir ce cylindre en fin de didgeridoo

Ces éléments sont les plus marquants, évidemment ils peuvent légèrement différés d’un didgeridoo à l’autre. Cependant, à l’instar du teck, gardez en tête qu’avec un didgeridoo en bois entre 90€ et 200€, vous êtes presque assuré d’avoir un instrument creusé par la vis.

Et pour mieux vous rendre compte, voilà à quoi ils ressemblent :

didgeridoo en eucalyptus creusé par la visdidgeridoo en eucalyptus creusé par la vis

Bien sûr si vous avez déjà acheté un de ces didgeridoos, ne paniquez pas (je lis d’ici la déception dans vos yeux !). Pour débuter, ils feront l’affaire. J’ai aussi commencé sur ce genre de bâton. Bon, j’ai fini par le couper en deux sur toute sa longueur. Mon but était de le recreuser… Au final, je ne l’ai jamais creusé ni recollé et j’ai fini par acheter un autre didgeridoo. Mais l’idée était là !

didgeridoo en eucalyptus creusé par la vis

Merci à Cédric pour m’avoir envoyé les photos de son didg indonésien qu’il a coupé en deux.
Quand on voit la perce du didgeridoo, ça se passe de commentaires…

Sachez seulement qu’il faudra un jour ou l’autre penser à un remplacement. Et je peux vous assurer que vous sentirez la différence !

En attendant, vous pouvez tout de même améliorer sa qualité acoustique en vernissant son intérieur.

Le bambou industriel… qui risque de fissurer

Ce type de didgeridoo est encore plus répandu que les deux précédents. À la fin des années 90, pendant la grande mode du didgeridoo lancé par Jamairoqai, on en trouvait même dans certains supermarchés !

Bien qu’il soit moins cher que ces compères il est malheureusement tout aussi médiocre. Vous le trouverez, soit recouvert d’une peinture (comme le teck), soit pyrogravé. Le plus gros inconvénient de cet instrument est qu’il est peu fiable : la plupart du temps, il finit par se fendre.

Son prix tourne dans les alentours des 20€. Certes, il est plutôt bon marché, mais si vous souhaitez jouer sur du bambous, privilégiez l’artisanal comme ceux de David Desfois. Vous vous assurerez d’avoir de la qualité.

didgeridoo en bamboudidgeridoo en bambou peint

L’eucalyptus creusé par les termites à moins de 400€ environ

Attention là aussi, car un didgeridoo en eucalyptus creusé par les termites n’est pas forcément un signe de qualité. Pourquoi ? Car en Australie le didgeridoo est tout simplement un… souvenir pour touriste ! Pas étonnant que la plupart des Australiens ne le prennent pas au sérieux.

Je me souviens encore de la réaction des douaniers quand je déclarais pourquoi je venais en Australie. J’avais noté sur le papier : « Pour le didgeridoo ». Ils avaient éclaté de rire et m’avaient demandé plus sérieusement : « Non, mais vraiment, pourquoi venez-vous ? »… Mon voyage était lancé.

En Australie, 95% des didgeridoos sont vendus dans des magasins de souvenirs. Ils sont fabriqués rapidement et sans volonté de qualité. On trouve même des didgeridoos de 50 cm à ramener dans sa valise ! Inutile de dire qu’ils finiront sur la cheminée (ou dedans) !

Tout cela pour dire qu’un eucalyptus termité n’est pas gage de qualité. Si vous êtes sur place alors vous pourrez en trouver des bons marchés pour 100$ (75€). À ce prix là, le didgeridoo ne sera pas extraordinaire, mais vous ne risquez pas trop gros. Cependant, si vous êtes partout ailleurs sur la planète alors passez votre chemin.

Pour le même prix vous pourriez avoir un agave de chez Véfoun qui est incomparablement meilleur !

Conclusion : Le didgeridoo est mal connu des acheteurs ET des vendeurs

Bien évidemment, cette liste n’a pas pour but d’accuser les magasins de musique et autres revendeurs. La plupart d’entre eux ne savent pas vraiment ce qu’ils vendent et connaissent très peu le didgeridoo. Il faut bien comprendre qu’ils vendent ce qui se vend… Et c’est à nous, joueurs, de faire le bon choix parmi cette dense forêt. J’espère que cet article vous aidera à vous orienter un peu mieux dans cette jungle encore mal connue. Et pour cela, je vous ai écrit un autre article avec cette fois-ci, une liste de didgeridoos dont je conseille vivement l’achat.

Si vous avez des questions ou des remarques, les commentaires sont faits pour ça. Et si vous avez aimé, partagez cet article !

À propos de l'auteur

Gauthier Aubé

Salut ! Je m’appelle Gauthier Aubé et je suis passionné de didgeridoo. J’ai commencé à souffler à la fin de l’année 2001. Et avec le temps, la pratique du didgeridoo est devenu mon métier. Une vraie chance ! Depuis, j’ai sorti deux albums, écrit un livre pour apprendre à jouer et inventé le jeu de carte Wakatou pour créer ses propres rythmes au didgeridoo. Bonne lecture à tous !

Commentaires

    1. Auteur

      Pour les fibres de carbone, je ne suis pas très fan… Mais cela vient surtout de leurs formes. C’est souvent des pures cônes avec une embouchure très étroite et une cloche qui s’ouvre beaucoup. Cette forme de didgeridoo donne un son très typé. Si des fabricants travaillaient la forme alors je pense que cette matière aurait quelques atouts. Ceci-dit, je fais parti de ceux qui pensent que rien ne remplace le bois ! 🙂

      Pour les PVCs, là ça dépend de ce que tu entends par là. Tu peux me contacter par mail pour plus approfondir la question, n’hésites pas !

  1. Sans compter que la plupart des didgs en bambou, teck, ou euca indonésien (vendus dans les commerces non spécialisés ou sur des marchés) sont déjà fissurés 🙁

    1. Auteur

      Oui c’est vrai que ils sont tous rafistolés !
      Non vraiment, ils n’ont rien pour eux nos amis vissés. 🙂

  2. Auteur

    Superbe , merci pour ce descriptif .Ayant découvert la « pratique » du Didgeridoo sur ce qui se fait de pire , au lieu de déception je ressent plutot l’envie de decouvrir un vrai modèle .Je me doutais bien de la qualité de mon 1er achat (dans une Foire aux vins …;) ), neanmoins cela a suffit à déclencher l’étincelle .Je piétine d’impatience de pouvoir m’en offrir un correct au moins déja , et la encore , je passe par les liens afin de me faire une idée de ce que sont les prix etc… !!! Dans l’attente d’à nouveau ressentir les vibrations uniques , je commence à me renseigner et m’entrainer pour le souffle 😉

    1. Auteur

      Tu as l’air vraiment enthousiaste. C’est de loin le principal ! Le didg ne vient qu’après. Mais tu verras, un bon didg, ça change beaucoup de choses ! 🙂

  3. Bonjour Gauthier,

    Merci pour tes articles qui reflètent également ma propre expérience du monde du didgeridoo depuis maintenant presque 20 ans… Le choix d’un vrai didgeridoo est toujours épineux aussi bien en Europe qu’en Australie, aussi bien sur le plan technique que sur celui de la perception erronée que l’on peut avoir d’un bon instrument lorsqu’on débute. Concernant la fibre de carbone, j’ai pu en concevoir 2 avec un entrepreneur spécialisé dans ce matériau et le résultat est très étonnant notamment dans les basses et infra-basses.

    1. Auteur

      Bonjour Patrick,
      C’est vrai qu’il y a plusieurs écoles dans les matériaux de construction. Mais j’ai beau faire, c’est quand même le bois que je trouve le plus chaleureux et équilibré… J’aurais peut-être l’occasion de souffler dans un didg en fibre de carbone qui me convaincra. 🙂

  4. Bonjour Gauthier,

    Merci pour cet article. J’aimerai me trouver un didjeridoo à Airvault, mais plus je lis sur le sujet, et plus je réalise que le choix d’un instrument ‘est un véritable casse-tête !
    je suis débutant (1 an) et ai pratiqué avec un pvc jusqu’ici. Je suis très tenté par un « Zéfoun », mais il va falloir que je m’arrache un bras au niveau du budget. (enfin, c’est juste une expression !..)
    Ce que je me demandais, c’est si en tant que débutant, la différence entre un instrument à 200 et à 400€ sera vraiment notable.
    Merci pour tes conseils.
    Christophe

    1. Auteur

      Bonjour Christophe,
      Je peux comprendre que ce soit un vrai casse-tête quand on arrive dans le monde du didgeridoo et que l’on ne connait rien à l’affaire !

      En réalité, c’est assez simple, car beaucoup de choix s’éliminent naturellement :

      Si ton budget est de moins de 250€
      Je te conseille de commencer avec le didgeridoo en plastique que je recommande dans cet article : https://gauthieraube.com/debutant-didgeridoo/didgeridoo-choisir-apprendre-a-jouer/

      Si ton budget est entre 200 et 400€
      Là je te conseille vivement Véfoun et ses agaves.

      Si ton budget est entre 650 et 1000€
      Alex-didg ou didg-element sont tous les deux un excellent choix.

      Si tu viens à Airvault
      Alors tu vas pouvoir essayer de nombreux instruments et ça c’est à prendre en compte. Je serais toi, je commencerais par voir le stand de didgeridoo-passion (vient de ma part, Greg est super sympa). Tu pourras te faire une idée de ce qu’est un instrument haute de gamme (il vend les meilleurs fabricants dont Alex-didg et didg-element).
      Ensuite, tu pourras te balader et tester tous les autres didg du festival, mais au moins tu auras le référentiel de ce qu’est un instrument qui sonne vraiment très bien.
      À Airvault, il y a de nombreux fabricants qui vendent des didgeridoos autour des 300€ qui peuvent être intéressants. En gros, tu auras pas mal de choix pour des didgs en dessous de 400€. À ce prix-là, tu auras une qualité globalement identique et pas d’arnaque. Fais-toi confiance dans ton choix et prend celui qui te convient.
      Si tu m’aperçois là-bas et que tu as besoin de mon avis, n’hésite pas à venir me chercher. Je pourrais t’aider (même si le festival passe très rapidement car pas mal sollicité).

  5. Pingback: Interview | Grégory Zwingelstein - Le didgeridoo éthique - Gauthier Aubé | Tout sur le didgeridoo !

Laissez un commentaire